Service des publics
monument historique

Le site d’Espeyran, occupé dès le VIe siècle avant notre ère, bien que parfois délaissé, n’a jamais été réellement déserté. Evoquer son histoire revient à retracer celle, plus générale, de la conquête et de la maîtrise par l’homme de la frange littorale, entre la costière et la Méditerranée, entre le Rhône et la grande dépression marécageuse qui prolonge la Camargue vers l’ouest, et cela, depuis les plus hautes époques. Certes, de grandes zones d’ombres demeurent dans l’évolution d’Espeyran, mais cela tient plus à un défaut d’information qu’à un véritable abandon de ce site considéré comme « à part » au sein des biens de l’abbaye de St-Gilles qui en devient propriétaire au moyen âge.

Le site protohistorique de L'Argentière à Espeyran

Les premières découvertes archéologiques attestées remontent au milieu du XIXe siècle. Frédéric Sabatier, propriétaire du château, alors qu’il faisait procéder au défrichement d’une parcelle de son domaine, dans le quartier de l’Argentière, mit au jour une série de stèles, en 1851 et 1852.

Page suivante >

Auteurs et partenariat